bulime zébré
Zebrina detrita

Bild
Weisse Turmschnecke kriecht über den nassen Waldboden.
biologie
Biologie
menschtier
Homme & Animal
tipps
Conseils
galerie
Galerie
karte
Carte

Biologie

Dans les prairies ensoleillées, le bulime zébré affiche une jolie coquille allongée ornée de rayures. Cet escargot arpente à sa vitesse les pelouses, prairies ou friches, à la recherche de débris végétaux, d’algues vivantes, de microchampignons, de lichens ou… de crottes d’herbivores. Il ne dédaigne pas non plus les plantes fraîches et tendres. Il se reproduit en avril-mai ainsi qu’en août-septembre, uniquement les jours de pluie. Quelques jours après la rencontre, il s’enfouit dans le sol à hauteur de coquille pour pondre ses œufs par groupes de 15 à 70. Les jeunes sortent au bout de 27 à 36 jours et atteignent leur taille adulte après 2 ans.

Distribution

Sud de l’Europe

Présence en Valais:
Surtout plaine du Rhône jusqu’à 800 m d’altitude, rarement à plus de 1900 m.

Signes distinctifs

Coquille allongée, épaisse et brillante ; plus ou moins fine ou ventrue ; blanc-gris ou crème, ornée de rayures brunes à rougeâtres, plus ou moins larges et nombreuses. Ces bandes sont souvent plus translucides que le reste de la coquille et peuvent se décolorer avec l’âge ; pointe généralement foncée ; enroulement sur 6 à 7 tours débouchant sur une ouverture blanche et légèrement épaissie.

Appartient à
Physique

Hauteur de la coquille : 12 à 25 mm, rarement jusqu’à 30 mm
Diamètre de la coquille : 8 à 12 mm

Confusions possibles

Aucun risque de confusion en Suisse.

Degré de menace

Vulnérable

Période d’activité

Actif par temps humide, au crépuscule et la nuit. En cas de sécheresse : s’enfouit dans le sol ou se fixe sur les herbes et buissons pour échapper à la surface brûlante du sol. Hibernation : fin octobre à mars, enterré entre 3 et 5 cm de profondeur.

Habitat

Lieux secs, chauds et ensoleillés, sur sol calcaire ou plus rarement sur le grès : prairies et pâturages secs et maigres, steppes rocheuses, rochers, vignobles, friches, parfois ruines, murs en pierre sèche, gravières ou carrières colonisées par les herbes.

Homme & animal

Menaces
  • Destruction de ses habitats par les constructions et les routes
  • Intensification des pratiques agricoles…
  • … et abandon des pratiques agricoles extensives : Certaines surfaces herbeuses sont moins entretenues par la fauche ou la pâture, elles s’embroussaillent, se couvrent de mousses ou se reboisent au détriment du bulime zébré, amateur de soleil.
Mesures de soutien
Mieux le connaître

Plusieurs menaces pèsent sur cet escargot, dont les effectifs sont en diminution constante. Il est devenu rare même dans des sites anciennement très peuplés. L’amélioration des connaissances sur ses populations est importante pour une meilleure protection. Pensez à signaler vos observations.

Soigner ses habitats

L’autre priorité est la une gestion de ses habitats, par leur mise sous protection, leur maintien et leur mise en réseau. L’idéal étant une reprise de pratiques agricoles douces dans d’anciennes prairies abandonnées. Si vous habitez un lieu sec et ensoleillé, vous pouvez lui aménager des coins accueillants : des parcelles de sol meuble où il pourra s’enfouir, non colonisées par les mousses et lichens, mais avec des herbes clairsemées et des cailloux pour s’abriter.

Conseils

Observer l’escargot

Pour avoir des chances de rencontrer notre «zèbre national», fréquentez ses habitats de prédilection : lieux chauds, exposés sud, au sol meuble et calcaire.

Découvrir sa coquille vide

Lors de votre «safari aux escargots», prêtez attention aux plus grandes coquilles allongées et zébrées. D’assez grande taille, elles sont faciles à reconnaître. Il en existe même des formes géantes.

La coquille du bulime zébré
Bulime zébrés en route dans l'herbe

Galerie

Pour cette espèce, aucune photo n’a encore été téléchargée

Pages 1
jusqu'à 0